Le Constat

Le transport maritime doit entamer sa révolution !

Autant d'échanges mondiaux mais beaucoup moins de pollution




0

navires sur les mers


0

% des échanges commerciaux passent par la mer


0

pour cent de croissance en 20 ans


0

petits degrés à ne pas dépasser d'ici la fin du siècle !


Décarboner la marine commerciale

un marché mondial de 60 milliards par an !



Si le transport maritime est d’une grande efficacité environnementale à la tonne transportée, il n’en reste pas moins l’un des transports les plus polluants. L’Organisation maritime internationale (OMI) a donc lancé, en ce sens, un programme réglementaire de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici à 2050. L’année 2020 est une première étape : les quantités de souffre dans les carburants utilisés par les navires ont été réduites. Ces nouvelles normes réglementaires prises par l’OMI vont obliger la marine commerciale mondiale à des investissements d’adaptabilité de l’ordre de 60 milliards de dollars par an, selon cette même organisation.

A terme, l’électrification des navires, complète ou partielle, semble la seule solution d’avenir. De plus en plus de zones côtières (fjords norvégiens, ports californiens, calanques de Marseilles ...) se dirigent à grands pas vers le zéro émissions.

Selon un rapport récent de l’IDtechEX, le marché de navires électriques représentera, dans les dix ans qui viennent, un volume d’affaire de l’ordre de 22 milliards de dollars.

Le marché mondial

- La flotte mondiale est constante expansion depuis les années 80. Son augmentation a été de plus de 300% ces 20 dernières années.

- au 1er janvier 2015, 52,9% des navires ont plus de 20 ans. Cette flotte va devoir être renouvelée par des bateaux neufs conformes aux normes réglementaires actuelles et à venir ; ou bien être modernisée par d’importants travaux sur la coque et le système de propulsion.

Le marché européen

- En 2014, les principaux chiffres d’affaires de la construction navale en Europe ont été de :

Norvège : 10 milliards d’euros
Allemagne : 5,5 milliards d’euros
Grande-Bretagne : 5 milliards d’euros
France : 4 milliards d’euros

- Et pour la réparation navale, ils ont été de :

Norvège : 1,1 milliards d’euros
Grande-Bretagne : 1,05 milliard d’euros
France : 1,05 milliard d’euros
Espagne : 950 millions d’euros

Le marché français

- En France, le marché de la construction navale et des équipementiers marins, en 2015, a représenté 8,5 milliards d’euros.
- Cela représente 22.000 emplois directs et plus de 80.000 emplois indirects
- 78% des importations françaises dépendent de la marine commerciale mais elle assure 90% de l’approvisionnement énergétique de la France.

En carte



En parallèle des mesures prises par l’OMI pour réduire les émissions des navires au niveau mondial, certains états ou organisations internationales régionales renforcent les restrictions sur les oxydes d’azote, oxydes de souffre ou particules fines dans les eaux qui les concernent. Ces zones sont nommées ECA pour Emission Control Area.

Toutes les côtes nord-américaines sont concernées puisque les côtes mexicaines devraient devenir une ECA dans un avenir proche. En Europe, la mer du Nord et la Baltique sont déjà des ECA. À la demande de la France, la Méditerranée est à l’étude. Dans le Pacifique, les côtes japonaises et australiennes sont à l’étude également.



Or, si l’on compare avec la carte du trafic maritime, il est évident que les ECA sont les zones où le trafic maritime mondial est le plus intense. Là, du moins, où le commerce mondial se réalise (Europe, Amérique du Nord, Chine, Japon, Australie). Ce qui explique les transformations nécessaires de la marine commerciale dans les années qui viennent.

Par ailleurs, certaines zones se font encore plus restrictive que d’autres. De plus en plus de ports obligent l’électrification des navires quand ils sont à quai et mettent en place les infrastructures nécessaires. À l’instar de ce qui se passe sur les continents, des états commencent à sanctuariser les zones maritimes les plus sensibles et les plus protégées : là plus aucune émission ne sera possible.

C’est le cas de la Norvège. En 2018, le parlement a voté une résolution pour que la navigation dans les fjords classés au patrimoine mondial de l’UNESCO se fasse sans aucune émission le plus rapidement possible mais avant la date butoir de 2026.

C’est pour anticiper de telles mesures en Méditerranée que les Bateliers de la Côte d’Azur en partenariat avec Hyseas Energy développent une navette à passager hydrogène. Elle sera a destination des zones protégées des Îles d’or (Porquerolles, Port-cros,...) et de la Côte d’Azur.


Choisir la pile à combustible

Une technologie zéro émission, robuste et adaptable



Pour répondre à ces problématiques, HySeas-Energy développe un système pile à combustible robuste et adaptable, conforme aux applications maritimes embarquées. La solution zéro émission pour les acteurs des transports maritime et fluvial.

Déjà développée pour de multiples applications routières et démonstrateurs marins, cette technologie a fait preuve de longévité, simplicité d’utilisation et une grande résistance aux sollicitations du milieu marin et de la marine commerciale.

Hyseas Energy va cependant plus loin. Notre pile à combustible est conçue pour être industrialisée ; elle sera également certifiée par un organisme indépendant dès sa mise sur le marché.

Schéma de la pile à hydrog&eagrave;ne d'Hyseas Energy


Pourquoi l'hydrogène

Une technologie plus propre que les autres



Technologie Type de stockage Poids (en tonnes) Temps de recharge/
avitaillement
Stockage Propulsion
Hybride Réservoir fioul/
batterie
Batterie 2
Réservoir:5
3 1h30
Batterie Li-ion 28 1,5 Branchement à quai,
minimum 8 heures
GNL Cryogénique
à -150°C
- 3 Absence de
supply chain
Pile à combustible
hydrogène
CGH2
350bar
6 5,2 1h30
Technologie Pollutions engendrées Pollutions évitées Prix
Hybride CO2, SOx, NOx, PM 15% à 20% de
polluants évités
700 k€
Batterie Aucune solution de recyclage des batteries CO2, SOx, NOx, PM 4,4 M€
GNL CO2, PM, NOx SOx Pas de données
Pile à combustible
hydrogène
Aucune pollution
à l'usage
Produit de l'eau chimiquement pure !
H2O
3,62 M€

Les applications



Propulsion électrique hydrogène

Deux options :
- montage en prolongateur d'autonomie
- montage hybride batteries / pile à combustible



Générateur de secours

Le système pile développé par HySeas Energy peut rester en stand-by indéfiniment et démarrer en quelques secondes. Répondant ainsi aux critères les plus strictes de ce type d'applications.



Charge hôtelière

Dans le cadre d'hybridations plus larges, le système permet d'alimenter une variété de besoins à bord des navires, en escale ou en navigation, permettant ainsi de diminuer de manière significative l'empreinte carbone de l'activité globale.


Le projet pilote

Une navette à passager hydrogène

pour la Côte d'Azur





Hyseas energy conçoît et intègre une pile à combustible pour les Bateliers de la Côte d'Azur. Elle équipera une navette à passagers de 200 personnes qui sillonnera la Côte d'Azur et les Îles d'or.

Caractéristiques de la navette à passager
Longueur totale : 26 mètres
Passagers
accessible aux fauteuils roulants
200
Autonomie 10 heures à 12 noeuds
Vitesse de service
maximale
14 noeuds
Volume de H2 stocké 260 kg
Pression de stockage 35 MPa
Temps de ravitaillement 1 heure 30
La livraison des deux GHM 240 qui motoriseront les navettes à passagers est prévue pour l'été 2021.

Caractéristiques du GHM
Puissance nette : 240 kW
Voltage 600 Vdc
Dimensions 2600 x 1300 x 1300 mm
Poids 2600 kg
Caisson de confinement classé IP56
Conforme aux normes IEC ex / ATEX et au code IGF
Approbation de classe et certification DNV-GL
Contrat de maintenace

Bienvenue à bord

Découvrez l’équipage d’Hyseas Energy


Fondateur d’Hyseas Energy


Arnaud Vasquez

Fondateur d’Hyseas Energy

Après 30 années de carrière maritime passées en tant que capitaine dans la marine marchande, Arnaud Vasquez, diplômé d’un Master 3000 et expert FCH-JU, décide de mettre toute sa motivation et son expérience au service des technologies propres et respectueuses de l’environnement. En 2015, il crée HySeas Energy dans le but de s’investir totalement dans une démarche à la fois écologique, mais également économique : les technologies propres constituent un vaste réservoir de croissance et d’emplois. En effet, aujourd’hui, HySeas Energy compte une demie-douzaine de collaborateurs et de consultants de grande valeur et s’impose comme acteur engagé de l’hydrogène maritime.

Architecte système pile


Laurent Froidurot

Architecte système pile

Laurent Froidurot Titulaire d’une maîtrise en Génie Mécanique et Aéronautique obtenue au Québec après avoir étudié à l’École Supérieure Nationale d’Arts et Métiers à Paris, il intègre très rapidement le CEA Liten où il travaille dans des projets liés à la production et au stockage de l’hydrogène. Dans le cadre d’un projet de conception et d’essais d’équipements hydrogène, il a été détaché par la société Airstar, entreprise privée contractante du CEA Liten. Depuis peu, il a rejoint l’équipe de HySeas Energy comme ingénieur architecte du système pile développé par l’entreprise.

Directeur des affaires juridiques & réglementaires


Younes Bel Mhaidi

Directeur des affaires juridiques & réglementaires

Titulaire d’un Master II en droit des affaires, Younes Bel Mhaidi fait montre d’une grande capacité d’adaptation aux différents secteurs juridiques. Il s’est ainsi formé, en parallèle, au droit de la propriété industrielle et aux différentes règlementations imposées par le monde maritime. Grâce à un deux ans de veille juridique et réglementaire et une collaboration avec une société de classification d’envergure mondiale (le DNV-GL), Younes Bel Mhaidi apporte aujourd’hui une véritable expertise nécessaire à la certification des GHM conçus par HySeas Energy.

Département finance


Danail RADONOV

Département finance

Titulaire d’un Master 2 en banque et finance internationale de l’Université de Nice et, au début, focalisé dans le domaine de risque du crédit et la macroéconomie, Danail a poursuivi son parcours professionnel dans la finance d’entreprise. Ses tâches et les sujets abordés pendant ses expériences professionnelles ont permis à Danail d’avoir une vision large sur les problématiques financières des PME. Depuis peu, Danail a rejoint notre équipe en tant que contrôleur de gestion.

Envoyer un message